Coup de coeur #5 : Libre et assoupi

Qui dit jour férié dit sortie ciné ! Aujourd’hui, j’ai vu « Libre et assoupi », une nouvelle comédie française, signée Benjamin Guedj, qui a débarqué hier sur grand écran. Avec Baptiste Lecaplain, Charlotte Lebon et Félix Moati au casting, ce film m’a fait à la fois beaucoup rire et réfléchir sur des questions très actuelles… Un vrai coup de cœur !

libre-et-assoupi-le-teaser

C’est l’histoire de Sébastien, 29 ans, diplômé Bac+10 et qui n’a qu’un seul objectif dans la vie : ne rien faire. Il adore s’ennuyer, être allongé sur son canapé et contempler son plafond. Jusqu’au jour où ses parents le poussent à quitter sa Bretagne et se prendre en main. Il emménage à Paris, en colocation avec Anna, une jeune femme très active qui travaille dans une maison d’édition, rencontrée à l’université. Tous les deux partagent l’appartement avec Bruno, un futur journaliste sportif qui, en attendant de réaliser son rêve, enchaîne les petits boulots. Ne pas vivre sa vie mais la contempler, Sébastien sait bien le faire. Mais entre RSA, stages ou passer son temps à manger des Chocapic et lire dans un parc, il va se poser beaucoup de questions sur ses envies, ses objectifs et son avenir.

libre-et-assoupi

« Libre et assoupi », c’est un film bourré d’humour, parfois assez direct mais jamais trop grossier ni borderline. J’ai retrouvé la gueule d’ange de Baptiste Lecaplain et son jeu naturel qui m’avait épatée lorsque je l’ai découvert sur scène. Félix Moati est, pour moi, une excellente surprise également. Son rôle de garçon gentil mais légèrement loser mène vers quelques répliques très amusantes voire presque embarrassantes, j’ai adoré !

Et plus le film avance, plus on se rend compte qu’il va finalement beaucoup plus loin. Différents sujets actuels sont traités d’une manière assez philosophique et parfois même déjantée. L’oisiveté et la vision du travail. Se contenter du RSA, profiter du système. Les longues études. L’ambition. L’amour. Tant de thèmes abordés sous l’angle de la génération Y. Le film n’apporte pas réellement de réponses à ces questions mais les soulève et permet en tout cas d’y réfléchir. Pour une personne de mon âge, tout juste diplômée et entrée dans la vie active, l’histoire est plutôt réaliste et met en lumière des interrogations toutes fraîches. Je m’y suis retrouvée, sans forcément coller au personnage de Sébastien.

0007493_gal_006_med
Les premières critiques que j’ai observées sur le net ne sont pas très positives dans l’ensemble. Je ne comprends pas… Personnellement, je recommande vivement ce film, surtout aux personnes de la vingtaine. Si la salle de ciné n’était pas très grande, elle a quand même fait résonner beaucoup de rires. J’en conclus qu’on a tous passé un très bon moment en la compagnie de ces trois colocataires, et que l’on en est sortis agréablement surpris.

La bande annonce :

Vous l’avez vu aussi ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

Coup de coeur #4 : Her

Je m’en doutais, ce film est un vrai coup de cœur. J’avais flashé sur la bande annonce, mais j’ai appris à m’en méfier… elles m’ont souvent bien eue. Mais cette fois-ci, le trailer annonçait la couleur. Her, le dernier film de Spike Jonze, est un petit chef d’oeuvre.

Sans titre-1
Les acteurs
Joaquin Phoenix incarne le rôle de Theodore Twombly, personnage central que l’on suit de près. Theodore est attachant, vrai, sensible, mignon… On se sent proche de lui. Et ce personnage, Joaquin Phoenix l’interprète d’une manière très naturelle, très juste, sans sur-jeu. C’est probablement ce qui rend l’histoire aussi touchante !
Theodore tombe amoureux d’un système d’exploitation intelligent, féminin, à la voix sexy et envoûtante. Celle de Scarlett Johansson. On ne la voit pas, mais on l’imagine. Sa manière de s’exprimer et sa voix éraillée donnent au film une autre dimension. Difficile de croire qu’il s’agisse d’un ordinateur et non d’une femme qui s’apprête à sortir du placard…

her4Les images
J’ai trouvé les images du film magnifiques ! Qu’il s’agisse de la plage de Los Angeles (ou plutôt Shanghai ?), des hauts buildings ou de l’appartement moderne et épuré de Theodore, elles sont toujours lumineuses et pleines de douceur à travers leurs couleurs pastelles. Elles apportent beaucoup d’élégance au film et nous aident à nous plonger dans l’histoire finalement pas si futuriste que ça…

her6Le scénario
Une histoire d’amour entre un homme et un système d’exploitation… science-fiction ou anticipation ? J’opte pour la deuxième option. Aujourd’hui, l’informatique a tellement évolué qu’il est plausible d’imaginer dans un futur plus ou moins proche que nos ordinateurs auront l’intelligence et la sensibilité des hommes. On se referme sur soi au point d’être collé à son smartphone, il n’y qu’à jeter un œil autour de soi dans le métro ! Alors finalement, tomber amoureux d’une machine ne parait pas si sur-réaliste que ça… Il y a longtemps que je n’avais pas vu un film avec un concept aussi fort, et surtout aussi bien exploité. L’histoire de ce film nous donne matière à réfléchir.

1484271_492438720874936_1985597820_n

Bande annonce
Vous l’avez vu ? Par curiosité, comment interprétez-vous la fin du film ?

txt